Contirbution de l'ISOC à la consultation sur la Neutralité du Net

Il y a une semaine, la secrétariat d'Etat à la prospective et au développement de l'économie numérique a publié le document synthèse de la consultation publique sur la neutralité du net.

Le document officiel se trouve ici.

La contribution de l'ISOC, ici

Bonne lecture

Nouveau conseil exécutif à FOSSFA

Nouveau conseil exécutif à FOSSFA

La Free and Open Source Software Foundation for Africa FOSSFA salue l'engagement de Christian Roland et réitère sa confiance au CHALA pour son Nouveau Conseil exécutif 2010 - 2012



Le conseil est composé de :
- Pan-African Organisational : Club des hommes et femmes d'affaires du libre en Afrique (CHALA)
- National Organisational Members:
* Bokk Jang Bokk Jeff – Senegal
* Ethiopian FOSS Network (EFOSSNET) – Ethiopia
* Ghana-India Kofi Annan Centre of Excellence in ICT (AITI–KACE) – Ghana
* Strathmore University - Kenya
* University Computing Center – Tanzania
* University of the Western Cape (UWC) – South Africa
* Women of Uganda Network (WOUGNET) – Uganda
- Individual Members:
* Alex Gakuru
* Brian Ssennoga
* Christian Roland
* Dorcas Muthoni
* Dorothy Gordon
* Edgar Telesphory
* Judy Okite
* Katim Touray
* Keutlwile Leso
* Majid Igangula
* Marion Mpanga
* Nico Elema
* Nnenna Nwankanma
* Samer Azmy

Plus d'infos sur http://www.fossfa.net et http://www.chala.biz

Le CHALA rejoint Apreli@


Apreli@, Association pour la Promotion des Ressources éducatives libres africaines a pour principal objectif le soutien au développement de REL (Ressources éducatives libres) africaines endogènes de qualité.

L'association privilégie les démarches collaboratives au niveau international et la mise en synergie de réseaux.

Les buts principaux :
  1. Sensibiliser toutes les parties prenantes* à l'importance de la production de REL (Ressources Educatives Libres) africaines et des innovations pédagogiques relatives, en cohérence avec les priorités et enjeux identifiés :
    - formation initiale et continuée des enseignants,
    - renforcement de leurs capacités,
    - réformes éducatives et rapprochement en cours des systèmes éducatifs africains,
    - présence des langues et des cultures africaines afin de contribuer à l'amélioration de l'accès et de la qualité de l'éducation.
  2. Favoriser le développement et la coordination de partenariats et de réseaux réunissant d'autres organisations épousant les mêmes objectifs, et particulièrement la création collaborative de ressources, en s'appuyant sur la recherche transnationale sur les REL.
  3. Créer, en s'appuyant sur le portail aprelia. org, un espace d'information, de dialogue, d'échange, de mutualisation, de soutien et d'entraide, pour faciliter la lisibilité, la cohérence et les synergies des initiatives sur les REL africaines.
  4. Soutenir ou mettre en œuvre des projets pilotes d'utilisation ou de production de REL africaines.
  5. Promouvoir le développement de normes assurant la qualité des REL africaines et la prise en considération des questions de licence et de droits d'auteurs, en lien avec les organismes compétents.
  6. Assurer la durabilité des initiatives autour des REL africaines en mobilisant largement tous les types de financements, et en faisant jouer à plein la solidarité numérique internationale à tous les niveaux.

*enseignants du primaire, du secondaire et du supérieur, en favorisant les collaborations entre chercheurs, corps d'inspection, formateurs de formateurs, directeurs d'établissements, conseillers pédagogiques, enseignants de terrain, associations d'enseignants et/ou de formateurs, communauté du Libre, société civile, collectivités territoriales, entreprises, gouvernements, organismes internationaux, fondations, ...

Au travers Apreli@ à laquelle le CHALA et moi adhérons, un nouveau canal de cohésion, de développement et d'affirmation de la Solidarité Numérique s'ouvre.

La richesse et l'intégrité intellectuelle des membres fondateurs, Aïcha Bah Diallo, conseillère spéciale du Directeur Général de l'Unesco, conseillère du 1er Ministre de Guinée et vice-présidente du FAWE, marraine de l'initiative Reli@ (Ressources éducatives libres pour institut-rices/eurs @fricain(e)s), et ancienne Ministre de l'Education de Guinée puis sous directrice générale de l'éducation à l'UNESCO, Jean-Pierre Archambault, professeur agrégé de mathématiques, chargé de mission veille technologique au CNDP-CRDP de Paris, où il assure notamment la responsabilité du dossier des logiciels libres, coordonnant le pôle de compétences logiciels libres du SCEREN, Geneviève Puiségur-Pouchin, professeur certifié de mathématiques qui a exercé en Côte d'Ivoire de 1977 à 1991, au titre de la Coopération française, et dirige depuis 2007 l'initiative Reli@, Georges Gay, professeur des écoles hors classe et directeur d’école depuis 40 ans, Pierre Puiségur, professeur agrégé de mathématiques ayant également exercé en Côte d'Ivoire comme professeur, responsable réseau au lycée Sainte Marie d'Abidjan, et formateur de formateur et Pascale Luciani-Boyer, Maire-Adjointe déléguée aux Nouvelles Technologies ville de Saint Maur, Vice Présidente de la commission TIC pour l'AMIF, Administrateur de l'Agence Régionale pour les TIC "ARTESI" sont les pleins témoignages e l'engagement sincère qui les anime.

En rejoignant l'initiative, j'aurai en charge le chapitre de la Solidarité Numérique et les acteurs économiques.

Education pour tous !

Vous trouverez ci après l'article paru ce jour sur le site http://www.solidairesdumonde.org/


J'en remercie vivement l'auteur et précise que le logiciel que j'ai évoqué est OpenYalim. Petit clin d'oeil à David également parce que pour le coup, je n'ai pas cherché à te faire de pub ;)

Lutter contre les fractures numériques : l'éducation d'abord

« Nous réaffirmons notre attachement au principe d’intégration : chacun, où qu’il se trouve, doit avoir les moyens de participer à la société mondiale de l’information et personne ne doit en être exclu. » C’est ainsi que le G8 il ya dix ans définissait sa volonté de lutter contre l’inégalité dans l’accès à Internet (G8 : Charte d’Okinawa sur la société mondiale de l’information, 2000).


internet%20penetration[1].jpg
Sujet d’un atelier lors de la journée de conférences Web Diversity du 21 mai 2010, la notion de fracture numérique ou «digital divide», en anglais, reste aujourd’hui d’actualité. Elle correspond au fossé qui existe entre ceux qui utilisent les potentialités des technologies de l’information et de la communication (dans un cadre personnel ou professionnel) et ceux qui n’y ont pas accès pour des raisons d'absence de moyens ou faute de compétences. Il existe une forte inégalité de l’accès à Internet entre le nord et le sud. La quasi-totalité des 2/3 du monde non-connecté vit dans les pays du sud. Une différence qui s’explique par le cout de l'investissement nécessaire des infrastructures à mettre en place mais aussi de l’absence de volonté politique des gouvernements…

Animé par Gérard Dantec, Président du Chapitre Français de l’Internet Society (ISOC France) cet atelier a réuni :

Jean-Pouly, directeur de l’Agence mondiale de la solidarité numérique
• Nadia Mordelet, vice-présidente Marketing et Business Développement d’Alcatel Lucent,
• Jean-Patrick Ehouman, président d’Akendewa-Barcamp Abidjan
• Yves Miezan-Ezo, administrateur ISOC France et membre du CHALA (club des Hommes et femmes d’Affaires du Libre en Afrique)
• et Albertine Meunier, de l’association Teatime et de l’atelier numérique au Mali « Toujours pas sages ».

atelier fracture numérique.jpg


Lorsqu’ Evelyne Rogue sur son blog « Education Numérique, Informatique, Net Art… » titre un de ses articles « fracture(s) numérique(s) : un phénomène qu’il faut penser au pluriel», nous ne pouvons qu’abonder dans son sens. En effet, la fracture numérique résulte des fractures sociales produites par les inégalités sur les plans économique, politique, social, culturel, entre hommes et femmes, entre générations et zones géographiques… 3 dimensions de la fracture numérique peuvent alors être envisagées : l’accès physique lié aux infrastructures, la question de l’utilisation et celle de la qualité de l’utilisation.


La fracture technologique

Dans son intervention à Web Diversity, Nadia Mordelet, vice-présidente Marketing et Business Développement de l’équipementier en télécommunications Alcatel Lucent, a présenté le programme « Broadband for all » (le haut débit pour tous) d’Alcatel. Elle a donc tenu à aborder la question de la fracture technologique. Cette construction est confiée aux opérateurs privés (dans les pays du nord, le plus souvent, ces réseaux ont été financés grâce à l’impôt et au service public), qui se concentrent dans les zones urbaines où un équilibre économique est possible. En effet il est difficile de toucher les zones les plus pauvres et les zones rurales à faible densité, où la mise en place d’équipement n’est pas envisageable. Une des solutions proposées par le programme est la mise en place d’Internet Center (fixe ou mobile par l’intermédiaire de camionnette) permettant de régler le problème du manque d’équipement.


aru_internet_center[1].jpg


La fracture liée à la formation

Au-delà d’avoir la possibilité d’accéder à Internet encore faut-il y avoir accès. Ces technologies nécessitent un apprentissage et un accompagnement dans leur utilisation. Le web reste également lié au monde de l’écrit (l’accès au web nécessite dans tous les cas la maitrise de l’écrit), à un univers anglophone puisque 45 % des pages sont en anglais et où les langues de civilisation orales sont particulièrement sous-représentées, mais aussi un monde multiculturel, en perpétuel mouvement et nécessitant de bonnes compétences technologiques.


alphab%C3%A9tisation[1].jpg

Taux d’alphabétisation dans le monde


La « net artist » Albertine Meunier, témoignait de ses deux expériences face à la fracture numérique : celle de l’âge avec son projet « Teatime with Albertine », atelier internet avec des femmes de plus de 77 ans et le programme « Toujours pas sages », atelier internet au Mali. Dans les deux cas, la lutte contre la fracture numérique passe par la volonté de privilégier l’expérience, l’initiative personnelle sans se focaliser sur les questions techniques. Avec Tea time with Albertine, quatre femmes de plus de 77 ans participent depuis plus de deux ans, et toutes les deux semaines, à un atelier animé par Albertine Meunier. Elles sont devenues, semble-t-il, très calées en innovations web : il suffit pour s’en convaincre de jeter un œil aux vidéos thématiques produites chaque semaine. Au-delà d’une simple formation permettant de combler une fracture liée à l’âge, il est bien plus question de plaisir et de partage, bref d’un esprit que chez Regards sur le web on aime bien.

edith.jpg
Edith en pleine action sur l’Ipad


Albertine Meunier décidément intenable puisqu’après avoir fait entrer 4 femmes de plus de 77 ans dans l’ère du web 2.0, elle s’est tournée vers Boukary Konaté et les « Toujours pas Sages » pour l’assister dans la mise en place d’un atelier web au Mali pour faire découvrir Internet aux villages Maliens et dans cyber-cafés de Bamako.


konate.jpg

Photo de Ibrahima Konaté par Boukary Konaté


La fracture liée à l’éducation à l’utilisation des ressources

Jean Pouly, Président de l’Agence mondiale de la solidarité numérique, lors de son intervention à Web Diversity, a mis en lumière le lien étroit qui existe entre la liberté de s’exprimer et la liberté de savoir, qui est au moins aussi liée à une contrainte : l’apprentissage. Pour J. Pouly nous nous sommes trop focalisés sur la question du déficit technique (équipements électrique et téléphonique) alors que l’éducation est au moins aussi importante. Une question qui devrait être au centre des politiques d’aide au développement des pays du nord comme la France. Et Jean Pouly d’appeler de ses vœux une éducation à un regard critique sur les medias pour lutter contre ce qu’il appelle une fracture numérique 2.0. Il s’agit d’intégrer dans ce concept de fracture numérique les possibilités ou non d’utiliser les nouvelles opportunités permises par le web en matière de commerce, de soins médicaux et d’e-administration, le télétravail voire les nouvelles formes de loisir.

Comme l’a rappelé Yves Miezan-Ezo de l’ISOC France, les logiciels open source doivent être envisagés sérieusement , il s'appuie sur un exemple de programme d’e-santé permis grâce à ce type de logiciel (comme Pilot Systems). Une façon efficace d’éliminer l’épineux problème du coût de l’acquisition à condition d’avoir permis le développement d’une vraie culture du choix permettant d’envisager l’open source comme une réelle alternative aux logiciels propriétaires.

Jean-Patrick Ehouman est ensuite intervenu pour nous faire part de son expérience d’entrepreneur du web à Abidjan et de son expérience de président de l’ONG Akendewa et d’organisateur de la première édition du Barcamp Abidjan. Il est revenu sur son souhait de dynamiser l'industrie les usages spécialisés de l'internet et du mobile en partant des acteurs du bas de la pyramide : startup, amateurs, passionnés, travailleurs indépendants, entrepreneurs… Il a également insisté sur le rôle primordial de sponsors. Et pour le dire avec J-F. Soupizet, auteur notamment de La fracture numérique Nord-Sud « C’est la moindre capacité à s’approprier les technologies d’information et de communication dans un contexte structurel d’innovations successives qui fait la différence. En fait, dans un monde qui se globalise, ce retard menace d’accentuer toutes les autres disparités et c’est la raison pour laquelle une attention particulière est portée à la fracture numérique » (source). Des personnalités comme Jean-Patrick Ehouman et l’ensemble des intervenants de l’atelier portaient tous une forte volonté de faire bouger les choses.

Les vidéos de Solutions Linux 2010

Table ronde Le libre et la relance économique, au delà de la question du coût

Le 18/03/2010 - Document Solutions Linux - source http://www.youtube.com/user/solutionslinux#p/u/3/zB4oyuA8xrU

En période difficile, le logiciel libre représente une opportunité pour les entreprises et les administrations et collectivités. Sur le plan tarifaire, d'abord, il permet de s'affranchir du coût des licences. Mais c'est aussi l'occasion de mettre en œuvre les meilleures pratiques en termes de développement, de déploiement et de mutualisation, aussi bien pour les utilisateurs que pour les éditeurs de solutions. Le logiciel libre a également un rôle à jouer dans la création d'entreprises, en facilitant l'accès aux ressources informatiques.

Comment évaluer les avantages pour chaque activité ?

Comment intégrer les logiciels libres au sein d'un existant propriétaire ?
Comment s'engager dans la mutualisation ?
Comment tirer le meilleur parti des ressources offertes par les communautés et les acteurs des projets ?







Petit panel de vidéos sur le premier semestre 2010

Les débats de " privée, vie publique au tr@vail" à l’Université Paris Dauphine le 22 janvier 2010 .


Surfer au bureau ?!



Usage des terminaux mobiles


A qui appartient l'Intranet ?


Biométrie et fichage

Une petite Princesse

Papa est parti à 13h30 pour le mariage d'amis qui lui sont ! Quitte la cérémonie et les photos de groupes amicalement familiaux vers 16h30 ; Bien entendu, le RER D fidèle a lui même, fait des siennes et le train de 16h47 est supprimé ! Depuis, 15h, il appelle Maman toutes les demi heures... Ça va, ça vient ! Je pousse mais on n'est pas sur que je veuille vraiment sortir.

Papa et Maman comptent bien aller fêter avec nos nouveaux mariés des 19 heures alors ils hésitent.

Papa arrive à 18h15 à la maison ! Je dis à Maman que je suis en train d'arriver.

Décision est prise de ne pas prendre de direction du resto mais plutôt s'orienter vers la clinique. Pizza avalée en 2 4 6, purée blanc blanc pour mon grand frère et taxi embarqué dès 19h30 pour une arrivée une demi heure plus tard.

Sonnage de cloche à ma Tantie et mon Tonton pour qu'ils puissent venir récupérer mon frère, arrivée vers 21h30 et malgré les apparences, bim, le verdict tombe... E..T. Maison :(

Ce doit être la pizza qu'a avalé Maman qui m'a donné envie de rester encore au chaud !

On se sert dans la voiture, direction "base", remercions chaleureusement nos convoyeurs qui nous chambrent sur notre probable retour en clinique pour 2 heures du mat !

Bingo, avec un peu de décalage horaire...on est de retour à 3 heures !

Il est 5h25 ; ca vient, ca vient !

Bonjour, je m'appelle Léa ! Je suis née a 5h49, je pese 2,810 kg et mesure 46,5 cm ! Je suis un peu la jumelle de mon frère, ai les memes mimiques et suis surtout née la fete de toutes les Maman ! Papa et Maman sont aux anges et Maman va très très bien... Je pense qu'on va tous retourner au lit...vu la journée de dingue que l'on vient de passer !